Ménopause et prise de poids, est-ce une fatalité ?

A partir de la ménopause, beaucoup de femmes ont tendance à prendre beaucoup de poids et ont de plus en plus du mal à perdre ces kilos en trop.

La question est de savoir si cette prise de poids est systématique, s’il faut s’en inquiéter et s’il est possible de retrouver sa taille d’antan.

Ménopause : la prise de poids varie entre 2 et 5 Kg

La ménopause est surtout caractérisée par des bouffées de chaleur,  une sécheresse cutanée et une carence en hormones féminines qui entraine le stockage de la graisse chez la femme du fait que les œstrogènes régularisent l’appétit et la progestérone module la dépense de l’énergie sous forme de chaleur.

La modification de la silhouette

La ménopause modifie la silhouette et cela en entraînant un changement dans la répartition corporelle du tissu adipeux.

Il est à savoir qu’avant d’atteindre la ménopause, la graisse est répartie au niveau du bas du corps comme le ventre, les cuisses et les fesses,  cette répartition est dite « gynoïde », néanmoins, après la ménopause, cette graisse se distribue autrement et se localise dans l’abdomen, elle est alors dite « androïde ».

Cette prise de poids nécessite un changement de garde-robe, toutefois, il est inutile de s’inquiéter, car il existe plusieurs remède à cette prise de poids comme les activités sportives ou le recours à la chirurgie esthétique afin d’aspirer une surcharge de graisse.

Le rôle de la psychologie de la femme

Il est important de savoir que le psychisme de la femme joue un rôle très important lors de cette phase de la vie, en effet, cette période est souvent très mal vécue et engendre un mal psychologique énorme pour nombreuses d’entre elles, car, elle est ressentie comme la fin d’une jeunesse, le fait d’enterrer un temps idyllique de la vie et cela crée donc un stress et une sorte d’inquiétude qu’elles compensent en mangeant à tout va et vient.

Est-ce que le traitement de la ménopause fait grossir ?

Les traitements de première génération étaient trop dosés ce qui ont résulté à une prise de poids importante contrairement au traitement hormonal substitutif qui fait moins grossir et qu’en plus, il diminue le risque de développer un diabète.