Méfiez-vous les ventrus !

Etre en surpoids ne correspond pas nécessairement à un mauvais état de santé. Effectivement, il y a beaucoup de personnes qui le sont et qui sont en excellente santé. Inversement, de nombreuses personnes de poids normal ont des problèmes métaboliques associés à l’obésité. Certes, cela semble ne pas impliquer de sérieux troubles de santé, mais la graisse accumulée dans la cavité abdominale ne peut livrer qu’une figure complètement inesthétique.

L’excès de volume de la masse graisseuse autour de la taille incite à prendre les mesures nécessaires pour éliminer les tensions exercées sur la peau abdominale.

La graisse du ventre est habituellement estimée en mesurant la circonférence autour de la taille.

Qu’est que l’obésité abdominale ?

 

Toute personne dont la tour de taille dépasse les 100 cm (chez les hommes) et 85 cm chez (les femmes) est considérée comme souffrante d’obésité abdominale.

Qu’est que l’obésité viscérale ?

De nombreuses études ont montré que la forme corporelle et la répartition régionale des graisses peuvent être plus nuisibles pour la santé que la graisse stockée dans tout le corps. Plus important encore, il a été montré que l’accumulation de graisse autour des organes internes peut jouer un rôle clé. Ce phénomène est souvent appelé obésité viscérale.

Pourquoi perdre la graisse du ventre ?

Récemment, les technologies d’imagerie telles que la tomodensitométrie et la résonance magnétique ont permis de différencier entre la graisse située dans la cavité abdominale et la graisse sous-cutanée de l’abdomen. Néanmoins, le terme obésité viscérale définit l’accumulation de graisse excessive autour des organes dans la cavité abdominale.

Cependant, les termes obésité abdominale ou graisse du ventre décrivent l’accumulation de graisse dans la partie supérieure du corps et ne distinguent l’accumulation de graisse viscérale ou sous-cutanée. Hors, habituellement, la graisse du ventre est une combinaison des deux.

Par ailleurs, les recherches médicales et scientifiques suggèrent que les personnes avec un excès d’obésité viscérale ont un risque plus élevé d’être diabétiques, d’avoir des troubles lipidiques et des maladies cardiovasculaires que celles qui ont une accumulation de graisse moins viscérale. En effet, le tissu adipeux viscéral est plus préjudiciable à la santé que la graisse abdominale sous-cutanée.